Accueil / Actualité / 100 millions pour deux semaines ? « La sécurité et la vie n’ont pas de prix »

100 millions pour deux semaines ? « La sécurité et la vie n’ont pas de prix »

Ni le Palais national ni la Primature ne confirment ni n’infirment la demande des cent millions de gourdes qu’aurait faite le ministre de l’Intérieur au ministre des Finances pour la sécurité du chef de l’État pour une période allant du 1er au 18 mai 2017. Cependant, l’une des quatre porte-paroles de Jovenel Moïse a fait savoir, vendredi sur Télé 20, que la sécurité et la vie n’ont pas de prix… 

« C’est compliqué de confirmer ou d’infirmer une lettre qui circule sur les réseaux sociaux », a déclaré Tamara Orion, porte-parole de la présidence. « L’État est trop solennel et trop important pour laisser ses affaires dans les caniveaux », a-t-elle soutenu vendredi à l’émission « Haiti sa K ap kwit » sur Télé 20. « Je ne suis pas une experte en sécurité, mais peut-on mettre un prix sur la sécurité ? Peut-on mettre un prix sur la vie ? », s’est questionnée l’ancienne journaliste.

Tamara Orion a souligné que, dans la lettre qui circule sur les réseaux sociaux, on parlait d’une demande et qu’on ne devrait pas faire confiance à tout ce qui se dit dans les réseaux sociaux. « Le président Jovenel Moïse veut freiner le gaspillage. Quel que soit l’argent décaissé par le Trésor public, il sera utilisé à bon escient et au service de la population », a-t-elle garanti. Le 13 avril 2017, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Max-Rudolph Saint Albin, a sollicité l’intervention du ministre de l’Économie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon, « pour qu’un montant de cent millions (100 000 000.00) de gourdes soit viré sur le sous-compte 111205071, logé dans le Compte unique du Trésor (CUT). « Cette somme servirait à couvrir les activités de renseignement et de la sécurité durant les périodes avant et après la Fête du travail, les activités en rapport à la caravane présidentielle fixée le 1 er mai et les festivités liées à la commémoration du drapeau. » Il faut rappeler que, dans un communiqué, le 8 avril dernier, la présidence a « condamné avec véhémence une embuscade tendue le vendredi 7 avril 2017 au niveau de la commune de l’Arcahaie contre le cortège présidentiel qui revenait du département de l’Artibonite. Les mots ne sont pas assez forts pour dire toute l’ignominie de ces actes terroristes.

Ces actes attentatoires à la vie du Président de la République commis par des individus non encore identifiés constituent une menace grave contre la paix publique et la sûreté de l’État », avait fulminé le Palais national. Par ailleurs, interrogée sur la subvention pascale d’un million de gourdes pour les sénateurs et 350 000 gourdes pour les députés, Tamara Orion s’est intelligemment gardée de s’immiscer dans les affaires des parlementaires. « Le pouvoir législatif est un pouvoir indépendant. En aucun cas, le pouvoir exécutif n’interviendrait dans ce que fait le pouvoir législatif », a soutenu la porte-parole. Elle a préféré évoquer l’article 60 de l’arrêté présidentiel sur le train de l’État donnant libre choix aux pouvoirs judiciaire et législatif de définir le mode de gestion de leur budget.

Alors que le Premier ministre et les membres du gouvernement étaient tous au Sénat jeudi pour s’expliquer sur les différentes feuilles de route, aucun sénateur n’a osé questionner les ministres de l’Intérieur et des Finances sur la demande des cent millions de gourdes. Paradoxalement, les journalistes ont eu connaissance de la lettre via des parlementaires… Le Nouvelliste

Laisser un commentaire

Voir aussi

Jovenel Moïse entend publier le budget « tel quel »

National – Les manifestations de ces derniers jours, quoique violentes, ne vont pas changer la …